Accueil   Sandra Laujin   Une démarche professionnelle

Une démarche professionnelle

De la nécessité d’un espace où penser le soin

Ces dix dernières années, le monde s’est modifié de façon phénoménale, transformé par la révolution digitale et numérique, les avancées en médecine et la connaissance humaine. Mais a-t-il changé de la façon dont nous le souhaiterions ?

Partout dans le monde et en particulier dans cet espace transitionnel que constitue Hong Kong, entre Occident et Orient, de nouveaux enjeux germent. Cet espace fantastique de liberté d’être et de pensée est également un espace où les cadres et règles préétablies dans le secteur de la santé sont mises à mal. Des pratiques non professionnelles, imprudentes et parfois nocives pour les patients, émergent peu à peu.

En effet, qu’attendre, à quoi se fier, quels sont nos repères, lorsque les titres de professionnels de la santé ne sont pas réglementés et l’usurpation de titre légiférée ? Hong Kong est en effet l’une des rares région au monde où tout un chacun peut se prétendre " psy " : psychologue, psychothérapeute ou autre. L’espace juridique dans le domaine de la santé psychique reste souvent néant à Hong Kong. Il devient difficile pour tout un chacun de faire la différence entre des pratiques professionnelles ou non.

Le soin psychique aux prises de l’immédiateté

Partout dans le monde et en particulier dans cet espace transitionnel que constitue Hong Kong, nous avons vu apparaître de nouvelles formes de soin. Nombre de thérapies alternatives, pseudo-scientifiques, promettent à présent la résolution rapide et presque magique de nos douloureux symptômes de tristesse, d’anxiété ou de colère. Quoi de plus évident que de résoudre vite, dans un monde d’immédiateté, celui du " just do it ", prôné par Nike ?

Réflexion sur les 3 dimensions de l’expérience humaine : ressentir, penser et agir

L’expérience humaine possède trois dimensions : l’émotion, la pensée et l’agir. Le " Just Do It " implique que ressenti et pensée doivent être ignorés en faveur de l’action. La révolution de Nike supprime deux des trois sphères de l’activité humaine : l’émotion et la pensée.

Cette idée du divorce entre ces trois sphères souligne une impatience d’agir sans s’occuper ni d’être, ni de penser. " Just do it " : une injonction à ne plus ni ressentir, ni penser, pour " juste faire "…

Pourquoi donc ? C’est que ce " Just " par son caractère magique, nous est attrayant. Il existerait de nos jours comme une valorisation de la certitude dans l’action. L’émotion et la pensée deviennent alors dévalués, comme des " faiblesses ", car l’action devient une fin en soi.

Mais les personnes civilisées pensent avant d’agir. Prenez le célèbre article de Freud, publié en 1911, " Formulations sur deux principes du fonctionnement psychique ". Dans cet article, Freud expose l’idée que le passage psychologique de l’enfance à la maturité consiste essentiellement à retarder l’action. Le bébé et le tout jeune enfant passent directement de l’impulsion à l’action, sans rien entre les deux : " Je le veux, je le prends ". Mais avec la maturité, nous apprenons à interrompre la chaîne. Nous ajoutons une étape intermédiaire. Maintenant, après l’impulsion et avant l’action, nous pensons. Peu à peu nous apprenons à passer du principe de plaisir au principe de réalité. Ce concept freudien est appelé en psychologie moderne " gratification retardée " ou " tolérance à la frustration ".

Nous entendons souvent " je dois juste... m’affirmer plus auprès des autres, ne plus me mettre en colère, ne pas me laisser envahir par l’angoisse, apprendre à être proche des gens, ne pas me préoccuper de ce que pensent les autres, m’organiser mieux, me concentrer d’avantage, prendre le temps de faire mes devoirs, … ". La liste est infinie et le message clair : le " juste " signifie qu’aucun questionnement ni aucune réflexion ne sont nécessaires pour comprendre pourquoi " nous ne le faisons juste pas ", malgré le temps et les années, pourquoi finalement, nous restons englués dans la répétition de schémas anciens... Il n’y aurait rien à comprendre de ce qui nous empêche de prendre le chemin souhaité, rien à comprendre de ce qui nous empêche de nous orienter vers l’action tant désirée.

Or en psychothérapie, nous interrogeons le sens et la motivation de nos agir. Nous voulons savoir " Pourquoi ferais-je cela ? Quelle signification cela pourrait-il avoir ? Comment se fait-il que ce soit là, la seule façon que j’ai de faire en ce moment ? " Ces questions analytiques sont précisément les clés de nos possibilités d’évolution. Ces clés sont jetées dans une action immédiate applaudie par la culture Nikeist.

L’essence de l’analyse de soi en psychothérapie n’est pas une action rapide, mais l’utilisation d’une profondeur affective (ressentir) et cognitive (penser) pour initier une action significative (agir). En psychothérapie, nous apprenons à écouter notre expérience dans toute sa complexité, à explorer la pensée et l’émotion comme base de notre manière d’agir.

Mais, la pratique de la psychothérapie englobe bien plus que simplement penser. Le but est de vivre. Et quand il s’agit de vivre, la pensée est une grande aide, mais elle ne vous amène pas plus loin que la pensée. A un moment donné, il nous faut agir. Lorsque tous les sentiments sont réfléchis, tous les avantages et inconvénients envisagés et pensés, et toutes les dynamiques inconscientes comprises, il faut avoir le courage de vivre. Et cela signifie faire quelque chose.

La psychothérapie : une pratique de professionnels

Voici donc comment nous envisageons notre travail thérapeutique à la fois d’évaluation et de traitement de nos difficultés et souffrances.

Nous ne proposons donc pas d’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), EFT (Emotional Freedom Technique), TCC (Thérapie Cognitivo-Comportementale), kinésiologie, Landmark forum, hypnose, thérapie positive, thérapie brève, coaching, programme de parentalité positive, thérapie centrée sur le symptôme, ou tout autre approche alternative promettant souvent des formules de l’ordre de l’agir.

Au contraire, nous proposons une démarche professionnelle, analytique, au travers tant de l’évaluation que du traitement de nos symptômes qui nous font souffrir. Une démarche où un travail réflexif est effectué pour une évolution profonde, au long terme, et en toute sécurité psychique.

Dans la même rubrique Domaines d’expertise Qualifications